La corrélation entre bien-être au travail et productivité

bien-être au travail

Naguère, l’employé n’était rien de plus qu’un rouage de la machine. Au XIXe siècle, les mineurs travaillaient quotidiennement 12 à 15 heures, 6 jours sur 7, et ce dans des conditions exécrables. Malheureux, épuisés, ils étaient perçus comme des pièces interchangeables dépourvus d’humanité. Pourquoi donc s’inquiéter de leur bien-être au travail ?

 

Aujourd’hui, fort heureusement, la donne a changé. Désormais, le salarié n’est plus perçu comme une machine mais comme une personne à part entière. Forcément, la question de son bien-être au travail est sur toutes les lèvres. Même si quelques dirigeants s’évertuent encore à négliger les émotions de leurs employés, la plupart des compagnies ont compris qu’elles ont bien plus à gagner en les rendant heureux.

 

En effet, une étude menée par l’Université de Warwick a prouvé que les employés heureux étaient en moyenne 12 % plus productifs. En parallèle, ceux qui ne sentaient pas à leur place étaient 10 % moins performants que leurs collègues.

 

Cependant, afin d’optimiser au mieux le bien-être au travail, il est nécessaire d’en comprendre les implications.

 

Quels sont les différents niveaux de bien-être au travail ?

 

Le bien-être au travail est une notion qui se doit d’être évaluée sur plusieurs plans. Pensez-y une minute… Quand vous êtes heureux, c’est généralement la résultante d’une pléiade de facteurs autant physiques que mentaux. Pourquoi le bien-être au travail ferait-il exception ?

 

L’aspect physique du bien-être au travail

 

Il inclut notamment la qualité du mobilier et l’aménagement de l’espace. En 2019, l’observatoire Actineo a révélé que 48 % des professionnels citaient leur environnement de travail comme l’un des facteurs clés de leur bien-être. Il est temps d’adopter une décoration plus Feng Shui.

 

L’aspect psychologique du bien-être au travail

 

Si on connaît les ravages du burnout, on parle moins de ceux du bore-out. Pour rester motivés, les salariés ont besoin d’être motivés, encouragés, de repousser leurs limites. En se sentant utiles te reconnus par leurs pairs, ils seront plus enclins à donner le meilleur d’eux-mêmes.

 

L’aspect social du bien-être au travail

 

Une entreprise est une entité composée non seulement d’équipements physiques mais aussi d’êtres humains. Si les relations avec ses collègues sont toxiques, votre salarié aura envie de partir en claquant la porte. Ne négligez pas cette composante du bien-être au travail.

 

3 raisons pour lesquelles le bien-être au travail améliore la productivité

 

Avoir des employés heureux est extrêmement important pour la survie et la productivité d’une organisation. Plus travailleurs, plus aimables et plus productifs, les employés heureux sont la clé de voûte de toute entreprise prospère.

 

Mais pourquoi le bien-être au travail augmente-t-il la productivité ? Pourquoi le fait d’aimer son travail entraîne-t-il généralement une meilleure productivité ? La réponse peut être résumée en trois points.

 

Les salariés heureux s’investissent davantage

 

Quand vos collaborateurs sont heureux, vous n’avez pas à leur courir après. C’est d’eux-mêmes qu’ils s’intéressent à la découverte des objectifs et au plan de route de la compagnie. Se sentant membre d’une grande famille, ils sont motivés à travailler pour concourir au succès de cette dernière.

 

Les salariés heureux sont plus fidèles

 

Quand l’un de vos collaborateurs ressent un profond bien-être au travail, il a envie de passer le plus de temps possible au sein de cette entreprise. De fait, vous constaterez que les compagnies qui mettent l’accent sur le bonheur de leurs salariés ont un turnover plus faible que la moyenne.

 

Les salariés heureux sont en meilleure santé

 

Travailler peut engendrer de sérieux dommages sur la psyché. Par ricochet, ces lésions psychologiques ont un effet négatif sur le système immunitaire des employés. Incapables d’assumer leurs tâches, ces derniers engendrent donc des pertes financières considérables pour leurs entreprises.

 

Profiter de conférences de jeunes entrepreneurs français en ligne
Paul Morlet, fondateur de l’enseigne low-cost Lunettes pour Tous